Union Locale CGT de Tourcoing

Votre force pour l'avenir

La « perle du jour » n° 9 – 31/05/17

Chronique à peu près quotidienne de la lutte des classes vue

d’une Union Locale CGT

 Le gars qui pousse la porte (rouge) de notre Union Locale aujourd’hui a mauvaise mine. Il est renfrogné, on le sent humilié. Quand il commence à parler, petits bouts par petits bouts, on comprend qu’il est entré dans la dépression sans y être préparé. En notre for intérieur, nous viennent ces mots : « burn out ».

Il y a trois ans, quand il entre dans la boîte en qualité de menuisier, ses collègues le préviennent : « Fais gaffe, la patron est taré ! » On lui conseille de fuir, de ne pas tenter l’aventure, qu’il va y laisser des plumes. Mais bon, première année, ça va à peu près… Deuxième année, ça se dégrade. Le gars commence à mal accepter que, au lieu qu’on l’appelle par son prénom, on le siffle comme un chien…

Au début de la troisième année, les yeux dans les yeux, le boss le prévient : « Maintenant je vais être de plus en plus méchant ! » De fait, il y a quelques jours, le salarié se trouve coincé dans le bureau du tyran pendant deux heures ! Tout y passe ! C’est un bon à rien, une raclure, une lavette… Faut dire qu’il a exceptionnellement refusé de travailler ce week-end là… Avec 50 heures hebdomadaires depuis trois piges, de temps en temps, ça fait du bien de souffler un peu le samedi… Surtout qu’elles sont pas toutes payées, les heures !

Conclusion du patron : « Tu t’investis pas assez ! »

 

C’est beau le dialogue social non ?

 

Updated: 31 mai 2017 — 17 h 43 min
Union Locale CGT de Tourcoing © 2016 Frontier Theme